Les archivesdu Choletais
Les archives du Choletais

Le Noël de la fabrique de parachutes

Décembre 1939, un arbre de noël est organisé pour les enfants du personnel d'une fabrique de parachutes.

La société L'Aviorex Dreyfus frères basée à Clichy ouvre en 1938 une succursale spécialisée dans la fabrication de parachutes à Cholet, dans les locaux de l'ancien tissage Georges Allereau, rue de Rambourg, un atelier de toiles enduites L'Avionine, rue du Pdt Wilson et un atelier spécialisé dans le vêtement en cuir pour les pilotes L'Aviocuir, dans un ancien atelier de confection de lingerie, rue Victor Marie-Baudry.

Le recrutement du personnel est facilité par le chômage des ouvrières dans les entreprises textiles. Selon le maire de l'époque, M. Darmaillacq : " en ce qui concerne les ressources en main d’œuvre, les mécaniciennes qui sont nombreuses dans les manufactures de confection de lingerie ne semblent pas [vous] faire défaut attendu qu'un certain nombre chôme partiellement et que des jeunes filles sortant d'école sont sans emploi. Des piqueuses en chaussure sont également en chômage partiel et je crois même en chômage total. ... ". L'entreprise va occuper environ 130 ouvrières et une quarantaine d'ouvriers.

Enfants rêvant devant les boutiques de jouets, 1936
Enfants rêvant devant les boutiques de jouets, 1936

En décembre 1939, les frères Dreyfus organisent un arbre de Noël dans les salons de l'Hôtel de la Poste pour les enfants du personnel en présence du chanoine Aublin, aumônier de la Retraite, M. Giavanseli, contrôleur du Ministère de l'Air, M. Guilleminot, chef de fabrication, M. Fonteny, directeur, M. Young, chef-comptable ... Au programme, dégustation de chocolat et de friandises pour les enfants, champagne pour leurs parents, et bien sûr une distribution de jouets (tirés au sort) en musique avec Mme Laës au piano.

Derniers moments paisibles pour la société mais aussi pour la famille Dreyfus. Le 21 juin 1940, l'occupant allemand s'installe à Cholet. Les Dreyfus, de confession juive, ont déjà quitté leur maison du bd Faidherbe pour rejoindre la zone libre. La fabrique choletaise considérée comme " abandonnée " devient propriété allemande et ses biens sont séquestrés.

19Per26 - L'Intérêt Public, 1939-1940. Coll. AMC