Les archivesdu Choletais
Les archives du Choletais

Dentiste

Chaque mois, les Archives vous présentent un métier d'autrefois !

Mentir comme un arracheur de dents.

Expression

Avant que la profession de dentiste ne soit reconnue, c'est le barbier qui s'occupe des dents malades. À Cholet, il n'y a pas de dentiste avant le milieu du XIXe siècle, seulement un arracheur de dents, le Père Robin qui s'installe sur la place Travot, les jours de marché, avec sa pince. Ancien militaire, il est réputé pour sa force qui lui permet d'arracher rapidement une dent. Des dentistes ambulants s'arrêtent régulièrement à Cholet et proposent leurs services, le temps d'une journée, à l'Hôtel de France situé rue Nationale. Quant à la lotion-dentifrice, on peut l'acheter chez le coiffeur !

* Dictionnaire illustré et anthologie des métiers du Moyen-Âge à 1914

Campagne d'information pour l'hygiène dentaire, 1971
Campagne d'information pour l'hygiène dentaire, 1971

Publicités

Publicité Purodentine, 1883
Publicité Purodentine, 1883
Publicité pour l'American dentifrice, 1904
Publicité pour l'American dentifrice, 1904
Publicité Colgate, 1953
Publicité Colgate, 1953

Au XIXe siècle, plusieurs dentistes s'installent à Cholet : en 1864, Charles Deschamps, chirurgien-dentiste, et Elisabeth Maupomet, dentiste, rue Impériale ; Paul Lecomte, rue de l'Église, en 1873 ; Eugène Guérard, médecin-dentiste, rue Nationale, en 1879 ; Mme Boijoux-Bénévent, rue du Coin, en 1886 ; Louis Banchereau, rue de Pineau. Au XXe siècle, les dentistes sont nombreux à Cholet, pas moins d'une douzaine en 1942.